leaves

 

 

 

Vous retrouvez dans cette nouvelle rubrique divers articles reflétant des opinions diverses concernant des thèmes d'actualités ou des articles proposés par des proches de l'association.


 

* ACTUALITÉ DE 2018

 

 

Imprimer

 

 * Un article sur les évolutions du capitalisme dans Documents

Capitalisme, capitalismes, Bernard Drevon (mars 2018)

et La Revue du Mauss permanente

 * Un article sur le site de l'OFCE : Y aura-t-il un postcapitalisme ?

https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/y-aura-t-il-un-postcapitalisme-a-propos-de-postcapitalism-a-guide-to-our-future-de-paul-mason/

* Une émission de France Culture - La grande table du 19 mars 2018 - Pour un autre discours économique -

Thomas Porcher vient de publier Un traité d'économie hérétique - Fayard

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/pour-un-autre-discours-economique-par-thomas-porcher

 

*  Un livre de sociologie riche et stimulant.

Les classes sociales en Europe - Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Alexis Spire, Cédric Hugrée, Etienne Pénissat - Agone - 2017

Voir la recension sur La vie des Idées

Télécharger le pdf

Les classes populaires européennes se caractérisent aussi par la présence en leur sein d’une forte immigration : la part des travailleurs non européens y est d’environ 7 % – jusqu’à 17 % parmi les agents d’entretien – contre 2 % parmi les classes supérieures et moyennes. Cette lecture de l’immigration par les positions sociales éclaire d’un jour différent les discours des gouvernants européens sur les dangers d’une xénophobie venant du « bas » de la société : à la différence des classes supérieures, si promptes à mettre en avant la mobilité transnationale et la tolérance aux autres, les classes populaires sont dans les faits nettement plus métissées et mélangées que tous les autres groupes sociaux. En période de crise, les phénomènes de concurrence sur le marché du travail sont bien plus forts parmi les ouvriers, employés et travailleurs agricoles que pour celles et ceux qui se placent plus haut dans la hiérarchie sociale. Ces trente dernières années, les contours de l’Europe n’ont cessé de s’élargir, contribuant à y rendre plus visibles les inégalités.  À partir de grandes enquêtes statistiques, cet ouvrage prend le parti d’une lecture en termes de classes sociales : contre la vision d’individus éclatés touchés par la crise, l’objectif est de rendre visibles les rapports de domination entre groupes sociaux. Une étape préalable nécessaire pour explorer les conditions de possibilité d’un mouvement social européen.

Un article du Monde diplomatique (mai 2017) sur les métamorphoses des classes populaires pdf accessible ici

Une note de lecture de la rédaction dans Documents

 

* Deux recensions du livre de Norbert Elias, Les Allemands, précédé de Barbarie et "dé-civilisation" par Roger Chartier, La librairie du XXI° siècle, Seuil, 2017

 Une recension par Christophe Charle - "Le fétichisme de l'ordre", dans La Vie des Idées - décembre 2017

 Une recension de Erik Neveu dans La revue française de sciences politiques

 

* Dette et croissance : une étude sur le site de l'OFCE

https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/9973-2/

 

 * Philippe Frémeaux publie Après Macron

http://thorstein.veblen.free.fr/index.php/documents/135-philippe-fremeaux-publie-apres-macron

 

 * Le Rapport sur les inégalités mondiales 2018 présente et analyse la répartition des richesses et l'évolution des inégalités économiques dans le monde depuis 1980.

Il s'appuie sur la Base de données mondiale sur les patrimoines et les revenus, la World Wealth and Income Database (WID.world).


Ce rapport est le premier du Laboratoire sur les Inégalités Mondiales (World Inequality Lab) basé à l'École d'Économie de Paris. Il sera actualisé tous les deux ans. Auteurs et coordonnateurs du rapport : Facundo Alvaredo, Lucas Chancel, Thomas Piketty, Emmanuel Saez, Gabriel Zucman.

• La synthèse du rapport en français, (pdf).

• Le rapport complet en pdf : World Inequality Report 2018 (en anglais).

• Le rapport en ligne world-inequality-report

* Les mutations du capitalisme depuis 50 ans aux JECO 2017

 Les mutations du capitalisme depuis 50 ans

https://www.youtube.com/watch?v=g4iTxDsTKzM


Intéressante présentation avec Kevin O’Rourke, Professor of Economic History -Oxford et Daniel Cohen, École d'Économie de Paris - ENS, bilan des grandes évolutions depuis les Trente Glorieuses, suivi d'une réflexion sur les promesses non tenues de la société post-industrielle, puis d'un questionnement sur la "société numérique" et la polarisation de l'emploi

* Inégalités salariales, emploi : pourquoi l'emploi se polarise ? sur le blog de l'OFCE

https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/les-nouvelles-inegalites-du-travail-pourquoi-lemploi-se-polarise/#more-9519

Extraits

"Alan Manning et ses co-auteurs calculent comment évolue la part de ces trois groupes dans l’emploi total. Leurs résultats, présentés dans le graphique 1, indiquent que, dans la plupart des pays, l’emploi se polarise, c’est-à-dire que la part des emplois intermédiaires est en forte baisse au profit d’une hausse des emplois soit peu qualifiés, soit très qualifiés. La baisse des emplois intermédiaires est conséquente : en France, avec une chute de 8 points, l’emploi intermédiaire se réduit de 47% à 39% entre 1993 et 2010. En comparaison, sa part recule de 12 points en Espagne, 11 points au Royaume-Uni, 10 points en Suède et au Danemark, 6 points en Allemagne et 5 points au Portugal.

Si la part des professions intermédiaires se contracte, les parts des emplois peu qualifiés et très qualifiés sont en nette expansion. En France, ces deux groupes augmentent de manière parfaitement symétrique, d’environ 4%. Ainsi, pour deux emplois intermédiaires qui disparaissent, à la fois un emploi qualifié et peu qualifié supplémentaire est créé. Notons que par rapport à la Belgique (+9%), au Danemark (+8%) ou la Finlande (+12%), la progression de la part des emplois qualifiés est plus modérée en France ; elle est proche de celle de l’Allemagne, l’Autriche ou la Norvège."(...) Mais...

"Certains chercheurs pensent que les développements des machines intelligentes et de la robotique devraient permettre de remplacer le travail dans un grand nombre d’emplois dans les années à venir. En 2015, les chercheurs Carl Benedikt Frey et Michael Osborne de l’Université d’Oxford prédisaient que 47% des employés aux États-Unis ont un travail qui risque d’être automatisé dans le futur[9]. Ils prévoient des conséquences particulièrement importantes dans les transports et la logistique, où les progrès des capteurs intelligents rendront les véhicules sans conducteurs sûrs et rentables.

Mais les emplois des moins qualifiés ne sont pas les seuls à être menacés. Les capacités d’analyse grandissante des ordinateurs leurs permettent maintenant d’aider à la décision dans des tâches complexes, notamment dans le domaine médical ou juridique, où elles remplacent ainsi du travail qualifié.etc..."

* A signaler sur la finance :

Un ouvrage de référence pour comprendre les questions monétaires et financières contemporaines

Macroéconomie financière, Michel AGLIETTA, Natacha VALLA

Comment la macroéconomie et la finance peuvent-elles s’articuler pour comprendre les défis de la globalisation ? L’ambition de cette 6eédition est d’apporter la perspective historique et les éléments théoriques permettant de répondre à cette question. Elle prend pleinement en compte la dimension mondiale des interactions entre finance et économie qui s’expriment par le cycle financier.
La dynamique qui en émane permet d’éclairer l’importance de la monnaie et explique les crises financières.
La première partie montre comment les transformations de la finance dans les régimes de croissance façonnent les comportements des acteurs financiers et non financiers. Elle met en évidence les innovations qui ont marqué l’essor de la globalisation financière et sécrété ses fragilités.
La seconde partie s’ouvre sur une caractérisation des phases de globalisation dans l’histoire du capitalisme. Elle se poursuit par une étude des crises financières en insistant sur la crise systémique la plus récente. Enfin, elle étudie les réponses des puissances publiques en matière de politique monétaire et de stabilité financière. L’enjeu est de faire évoluer la finance vers l’allocation des ressources au service d’un développement inclusif et soutenable.


http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Macro__conomie_financi__re-9782707192509.html

 * Situation de la Grèce en 2017

https://www.la-croix.com/Economie/Monde/En-Grece-leconomie-reste-panne-2017-05-02-1200843999

L'économie stagne, et rien n'est résolu

 

* Sur France Culture (26/10/2017) Castoriadis, une pensée radicale ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/castoriadis-une-pensee-radicale?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1509055934

 * La crise grecque et "l'art de la négociation"

Yanis Varoufakis, économiste et ancien ministre des finances du Gouvernement Tsipras, vient nous présenter les coulisses de l’Europe et les négociations au moment de la crise grecque. Rencontre, autour de son dernier livre, Conversations entre amis, dans les coulisses secrètes de l’Europe.

A écouter ici :

https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/entendez-vous-leco-lundi-16-octobre-2017


Notre intrigue d’aujourd’hui se déroule en Europe, au cœur de la crise grecque. La duplicité des personnages décrits est si stupéfiante qu’on la croirait inventée... Pourtant le préambule du livre est sans équivoque: l’auteur s’est appuyé sur des notes prises lors de réunions officielles et il n’est autre que Yanis Varoufakis.

"Le plus fou, c’est que Christine Lagarde m’a dit que j’avais raison, que le programme de “sauvetage” de la Grèce ne pouvait pas fonctionner. Mais le capital politique en jeu était trop important pour revenir dessus.

En étant un insider, il fallait continuer à faire semblant qu’un plan, voué à l’échec, allait marcher."

Complément sur le site de Paul Jorion : Varoufakis à Paris le 13/10/2017

http://www.pauljorion.com/blog/2017/10/15/yanis-varoufakis-a-paris-le-13-octobre-2017-par-emmanuel-rousseaux/#more-99651

 * Réforme du marché du travail

Un article intéressant par Alain Supiot, professeur au Collège de France, dans Le Monde Diplomatique N° 763, Octobre 2017, "Et si l'on refondait le droit du travail" -

"Adapter le droit du travail aux nouvelles formes d'organisation du travail en prenant réellement en compte les aspirations humaines conduirait à de tout autres réformes"

Une réaction de Daniel Cohen sur France Inter

Daniel Cohen : "La réforme du Code du Travail, c'est surtout une occasion ratée" sur https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20/l-invite-de-8h20-29-septembre-2017

Frédéric Lordon sur son blog du Monde diplomatique

http://blog.mondediplo.net/2017-10-03-Le-service-de-la-classe

 * Suppression de l'ISF

Thomas Piketty s'exprime dans Le Monde du 7 octobre 2017 "La suppression de l'ISF, une faute historique"
"Plus frappant encore (entre 1980 et 2016 -NDR) : le patrimoine des 1 % les plus fortunés, qui comprend plus de 70 % d’actifs financiers, est passé de 1,4 à 4,5 millions d’euros, soit une multiplication par plus de trois. Quant aux 0,1 % les plus fortunés, dont le patrimoine est financier à 90 %, et qui seront les principaux bénéficiaires de la suppression de l’ISF, ils sont passés de 4 à 20 millions d’euros, soit une multiplication par cinq".

et Fiscalité des entreprises

Un article de Denis Clerc sur le site d'Alternatives économiques

https://www.alternatives-economiques.fr/denis-clerc/assez/00080838

Extraits :

"Des contribuables fortunés moins imposés sur leurs revenus ou leurs avoirs, mais aussi des entreprises. Car l’impôt sur le bénéfice des sociétés, actuellement de 33,3 % devrait diminuer jusqu’à 25 % en cinq ans. Dès 2018, les 500 000 premiers euros de bénéfice ne seront plus taxés qu’à 28 %, soit 1,2 milliard de moins. En outre, la taxe de 3 % sur les dividendes versés par les sociétés à leurs actionnaires, que le Conseil constitutionnel a jugée contraire à l’égalité devant l’impôt, sera supprimée. Au total, à bénéfices et dividendes inchangés, les sociétés disposeront de 3,2 milliards supplémentaires. Et de 7 milliards que le fisc devra leur rembourser, puisque cette taxe est déclarée illégale...

"En 2018, le taux du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE)1 est passé de 6 % à 7 %, ce qui représente une créance fiscale de 19 milliards au bénéfice des entreprises. Mais, s’agissant d’un « crédit d’impôt », ce remboursement vient en déduction de l’impôt sur les bénéfices, lesquels ne seront connus qu’en 2018 (si le CICE est supérieur à l’impôt dû, le solde est versé à l’entreprise). En 2019, ce sont 15 milliards dont les entreprises vont bénéficier, soit en déductions d’impôt, soit en versement...

Mais, en 2019, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale indique que le CICE sera remplacé par une baisse de cotisations sociales patronales de 6 points sur les salaires inférieurs à 2,5 fois le Smic (les baisses de cotisations étant dégressives entre le Smic et 2,5 fois ce dernier). Au niveau du Smic, cela devrait représenter un allégement de 1 800 euros sur l’année en faveur des employeurs. Et pour l’ensemble des salariés concernés, en 2019, l’économie pour les employeurs sera d’environ 15 milliards. Auxquels, la même année, s’ajouteront donc les 15 milliards de remboursements mentionnés plus haut au titre du CICE de 2018. Soit, cette année-là (2019), une réduction des coûts de 34 milliards en faveur des entreprises et associations (puisque tous les employeurs seront concernés)."

Le maigre bilan du CICE

https://www.alternatives-economiques.fr/maigre-bilan-cice/00080800

"Entré en vigueur le 1er janvier 2013, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, mesure phare du quinquennat de François Hollande, aurait créé ou sauvegardé « de l’ordre de 100 000 emplois » sur la période 2013-2015, selon le cinquième rapport annuel du comité de suivi du CICE paru le 3 octobre. Soit à peine plus que les « 50 000 à 100 000 emplois créés ou sauvegardés sur la période 2013-2014 », estimés lors d’un précédent rapport.
Compte tenu de son coût pour les finances publiques – 27,8 milliards d’euros rien que pour les années 2014 et 2015 et 62,2 milliards de créances au total à ce jour – le terme calamiteux apparait plus approprié pour qualifier le bilan du CICE sur le front de l’emploi."

* Société post-industrielle ou hyper-industrielle ?

Il faut lire l'ouvrage de Pierre Veltz, La société hyper-industrielle - Le nouveau capitalisme productif - La République des Idées, Seuil, 2017.

L'auteur, ingénieur, sociologue, économiste, analyse l'émergence d'une nouvelle économie où convergent vers une configuration inédite, l'industrie, les services, le numérique dans le cadre de la mondialisation. Mais émerge aussi une nouvelle géographie où se dessinent des inégalités territoriales et sociales remettant en question les grands équilibres sociaux et politiques : les pôles ultra-connectés (les métropoles) forment des archipels abandonnant tendanciellement les mondes périphériques résiduels. L'Europe et la France échappent pour l'instant aux formes les plus brutales de cette dislocation grâce à l'intensité de la redistribution. Une grille de lecture éclairante pour comprendre les désarrois politiques et sociaux contemporains et les enjeux de l'avenir.

http://www.seuil.com/ouvrage/la-societe-hyper-industrielle-pierre-veltz/9782021331820

 * Les politiques d'austérité ont-elles aggravé la crise en Europe ?

Une recension des modèles confirme cette hypothèse sur le blog Illusio D'un champ l'autre

http://www.blog-illusio.com/

 * Capitalisme : "The machine is broken ?"

voir ici dans Documents un article de Gilles Raveaud sur le site d'Alternatives économiques

"Trump pourra-t-il réindustrialiser les Etats-Unis ?" sur le site de l'OFCE

 Condamné par le réchauffement climatique et la raréfaction des énergies bon marché ?

Voir les travaux de Gaël Giraud (voir aussi dans notre rubrique Documents)

http://www.sortirdunucleaire.org/Gael-Giraud-du-CNRS-Le-vrai-role-de-l-energie-va
https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-croissance-une-affaire-denergie


 * Inégalités de revenu et de patrimoine :

Des données intéressantes sur les États-Unis, la Chine, la France…

Des évolutions très contrastées…
Les 1% les plus riches captent 20 % du revenu national aux USA (contre 11 % en 1978) , 10 % en France (contre 8, 5 % en 1978) ;
les 50 % les plus modestes se partagent 22% du revenu en France comme en 1978, 15 % aux USA contre 28 % en 1978…
Très forte hausse des inégalités de revenus aux USA à partir du milieu des années 1980, hausse beaucoup plus limitée en France...

Sur le blog de Martin Anota - Illusio…
http://www.blog-illusio.com/2017/02/comment-ont-evolue-les-repartitions-nationales-du-revenu-et-du-patrimoine-depuis-un-siecle.html

 * De Pierre Dardot et Christian Laval, Ce cauchemar qui n'en finit pas - Comment le néolibéralisme défait la démocratie - La découverte - mai 2016 - ISBN 9 782707 188526

Comment expliquer l'étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l'une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti en fait renforcé de la crise ? Pour les auteurs le néolibéralisme n'est pas un simple dogme. Il est un véritable système politico-institutionnel obéissant à une logique d'auto-renforcement. Loin d'être une rupture, la crise est devenue un mode de gouvernement renforçant à chaque étape l'emprise des logiques marchandes et capitalistes. Ils analysent comment l'ordolibéralisme, dépassant le libéralisme classique de Hayek, est le vecteur le plus puissant d'une véritable désactivation de la démocratie en inscrivant dans les Constitutions des États, de l'UE et l'ensemble des institutions les principes de concurrence généralisée, d'indépendance des banques centrales et d'illimitation dans tous les domaines de l'existence. Véritable changement civilisationnel, ce système devrait d'abord être analysé pour que ces logiques puissent être éventuellement inversées. A lire et à discuter...

Un entretien sur France culture consacré à l'ouvrage (3 mai 2016) - Comment reconstruire notre monde commun

 

 * Un excellent livre d'Éloi Laurent à la portée de tous : Nouvelles mythologies économiques

Eloi Laurent nous régale avec ce second opus dénonçant les fausses vérités du raisonnement économique libéral, xénophobe ou anti écolo. Côté doxa libérale, le premier chapitre démystifie la Silicon Valley - lieu de spéculation techno-financière où règne l'opacité fiscale. Il balaie aussi la soi-disant fin du salariat qu'elle nous promet. Ou encore les règles budgétaires européennes qui nous imposeraient une austérité sans fin, le poids trop important des dépenses publiques en France.

http://www.alternatives-economiques.fr/nouvelles-mythologies-economiques_fr_art_1453_77451.html

Une interview dans les Inrocks

Ici sur France Inter

 

* Accélération :  le livre de Harmut Rosa - Accélération. Une critique sociale du temps - note de lecture ici

 

* Philippe Askenazy, Tous rentiers !. Pour une autre répartition des richesses, Odile Jacob, 2016 voir ici la notice de l'éditeur

Sur les inégalités et les moyens d'y remédier en agissant sur la distribution primaire des revenus et pas seulement par la redistribution.

..."la distribution actuelle des richesses est loin d’être naturelle ; elle résulte de l’explosion des rentes et de leur captation par les acteurs les mieux dotés du jeu économique."

Une note de lecture dans Alternatives économiques cliquer ici

 

* Euro, BCE, Allemagne

Les politiques de modération salariale menées en Allemagne à l'origine des problèmes de l'Union Européenne et de la France sur le site de l'OFCE (septembre 2015) sur ce lien

La modération salariale en Allemagne à l'origine des difficultés économiques de la France

Allemagne : dans la rubrique documents, une note sur l'ordolibéralisme allemand ici

Et toujours


 
*  Michel Aglietta - Sortir de la crise et inventer l'avenir, Éditions Michalon, 328 pages, 19 euros -

A propos de l'Allemagne : "Quand un pays domine par sa puissance économique une union monétaire, il n'a d'autre choix possible que d'assumer "un leadership bienveillant, prenant en compte les intérêts de l'ensemble de la zone". L'Allemagne doit en finir avec "son idéologie expiatrice" qu'elle impose à ses partenaires en difficulté, "investir enfin son excès d'épargne" et "augmenter les salaires des catégories les plus défavorisées". C'est son "dynamisme qui aidera les autres pays à réaliser leurs ajustements budgétaires sans tomber en déflation."

Il y a urgence car l'Euro est mal géré, souffre de ses carences initiales, d'un déficit démocratique, la stagnation séculaire menace et le projet européen est proche de la catastrophe... voir Le Monde du 5/12/2014

* Gael Giraud sur l'euro

http://www.dailymotion.com/video/x2bpom8_gael-giraud-l-euro-monnaie-unique-ne-marche-pas-bien-mais-en-sortir-c-est-un-suicide_news

* Un diaporama sur l'euro proposé par Attac 53

http://local.attac.org/attac53/spip.php?article257

 

* Réchauffement - Climat

Accès ici au dernier rapport du Giec alarmant (résumé à l'intention des décideurs ici)

Thomas Piketty : "Les riches doivent payer" dans Le Monde - 28/11/2015 - (suivre ce lien) - analyse stimulante des sources et des agents pollueurs - en fait les Chinois polluent moins qu'on le dit et les Européens beaucoup plus !

Jean Tirole plaide à nouveau pour un marché mondial de permis d'émission du carbone dans Les Échos (suivre ce lien). Les agents seraient sensibles au signal prix (voir ici dans Le Monde en clair)

 

* Pour saisir le contenu des débats récents en économie politique, un ensemble de références sur le dossier :

Un article de l'OFCE sur la stagnation séculaire (26 janvier 2016) sur leur blog

Nouveau et intéressant : Sur France culture encore le 4 novembre : un vif débat entre Daniel Cohen et P. Aghion sur ce thème ici - La croissance est-elle condamnée à stagner ?

Sur France culture - L'économie en question - une présentation claire du débat sur la croissance et la stagnation séculaire :http://www.franceculture.fr/emission-l-economie-en-questions-les-cycles-de-croissance-ont-ils-une-histoire-2015-10-10

Optimisme néo-schumpétérien avec la leçon inaugurale (en audio - 77 mn) de Philippe Aghion au Collège de France le 1/10/2015 (cliquer sur ce lien en bleu) versus les théories de la stagnation séculaire avec Larry Summers et Robert Gordon sur le blog D'un champ l'autre en 2013 (en suivant ce lien ici)

Le paradigme néoschumpétérien de la croissance sur le blog D'un champ l'autre (cliquer ici)

 

D. Cohen et la croissance :

Daniel Cohen publie : il s'exprime sur son dernier livre ici dans Libération - du 3 septembre 2015

Et sur France culture La grande table - Deuxième partie - Faut-il s'habituer à vivre sans croissance ? - le 7/9/2015

Une critique de son livre sur le blog de Jean Gadrey : un livre bien décevant - http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2015/09/07/%C2%AB-le-monde-est-clos-et-le-desir-infini-%C2%BB-de-daniel-cohen-bien-decevant/

 

* Stagnation séculaire :

Les bases théoriques - Larry Summers, Robert Gordon :

http://www.blog-illusio.com/article-larry-summers-et-la-stagnation-seculaire-121370066.html

 

* Inégalités et croissance :

Un rapport de l'OCDE s'alarme du niveau record des inégalités - sur le site de l'OCDE -http://www.oecd.org/fr/social/ameliorer-la-qualite-des-emplois-et-reduire-les-ecarts-entre-hommes-et-femmes-est-essentiel-pour-endiguer-la-montee-des-inegalites.htm

Le coefficient de Gini aux États-Unis - en augmentation (cliquer ici)

 

* Théorie économique

Sur France Culture - La grande table de Caroline Broué - deuxième partie - une émission avec André Orléan sur le thème "La science économique est-elle plurielle ?" avec Jean-Marc Daniel à la suite du manifeste publié en mai 2015 aux Liens qui Libèrent

« À quoi servent les économistes s’ils disent tous la même chose ? », sous la direction d’André Orléan. Ed. Les liens qui libèrent – mai 2015, 10 €.

 

* Publication de la traduction du livre important :

 

L'Imposture économique, de Steve Keen. Préface de Gaël Giraud. Les Editions de l'Atelier, 532 pages, 27 euros. A

paraître le 9 octobre. Une présentation sur le site des Editions de l'Atelier

L'auteur y critique les hypothèses de la théorie économique néoclassique. Jean Gadrey en fait une analyse en trois parties sur son blog (ici partie 1) - Une puissante critique de l'économie dominante...

 

 

 

 

* Quels indicateurs économiques ?

Une émission sur France Culture le 6 mai 2015 Le PIB, l'économie et nous avec Eloi Laurent - La grande table deuxième partie -

http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-le-pib-l-economie-et-nous-2015-05-06

 


 

 

 

 

 


 

L'Association des amis de Thorstein Veblen ©