leaves

 

 

 

Vous retrouvez dans cette nouvelle rubrique divers articles reflétant des opinions diverses concernant des thèmes d'actualités ou des articles proposés par des proches de l'association.


 

* ACTUALITÉ DE 2020

 

 

Imprimer

 

 

 

 * Notes de lecture :
 
Ces quelques lignes pour souligner l'intérêt de l'oeuvre de Murray Bookchin dont on vient de publier L'écologie sociale, Penser la liberté au-delà de l'humain, Wildproject Editions, 2020, 340 pages, Traduction Marin Schaffner.
 
Voir ici une note (de Eric Duchemin) sur une Une société à refaire, Editions Ecosociétés, 1993, du même auteur dans Open éditions
 
 
 Anticapitaliste et libertaire, Murray Bookchin est l'un des pionniers de l'écologie sociale. Pour cet autodidacte américain, l'exploitation de la nature découle directement des rapports de domination au sein des sociétés humaines. Une récente anthologie met en évidence la visée émancipatrice et critique de sa pensée. Ce recueil rend compte du projet de Bookchin d'explorer les liens constitutifs et réciproques entre société et nature, dans l'optique de dépasser les dualismes hiérarchiques occidentaux responsables de la crise écologique et sociale.
 
https://metropolitiques.eu/La-pensee-libertaire-de-l-ecologie-sociale.html
 
NB : la rédaction ne partage pas les réflexions critiques de cette note.
 

Un lien vers une note de lecture de Bernard Drevon sur la mutation de l'an mil dans la région de Cluny et la fin de l'Antiquité en hommage à Guy Bois récemment décédé en juin 2019 sur le site du Séminaire interdisciplinaire d'histoire économique - CNRS - , La mutation de l'an mil - Lournand village mâconnais de l'Antiquité au féodalisme - préface de Georges Duby,  Paris, Fayard , 1989

Un ouvrage passionnant pour sa méthode et son contenu

https://sihe.hypotheses.org/1012#more-1012

 

* Quelques références sur les oeuvres de Karl Polanyi et Thorstein Veblen :

 

Une émission de France Culture sur Karl Polanyi, La grande transformation, par Jérôme Maucourant (14/9/2018)

Par le grand spécialiste de Karl Polanyi, auteur de Avez-vous lu Polanyi ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-bibliotheque-ideale-de-leco/la-grande-transformation-karl-polanyi


Un texte remarquable d'Olivier Brette sur Veblen, Valeur marché et progrès dans la pensée de Thorstein Veblen

Ici en libre accès  http://books.openedition.org/ifpo/9727?lang=fr

L'article vise à identifier et articuler les principaux apports de l'oeuvre de T. Veblen à la théorie de la valeur économique. Après une critique des théories dominantes à son époque (comme le paradigme néoclassique ou l'évolutionnisme inspiré de Spencer),  il met en évidence l'autonomie des valeurs marchandes et leur irréductibilité à d'autres régimes d'évaluation et jette les bases d'une théorie de la valeur sociale et du progrès socioéconomique.

 

Traduction d'une oeuvre de Thorstein Veblen, Théorie de l'entreprise d'affaires, trad. Anthony Valois, Editions Pierre-Guillaume de Roux, 276 p. 27 euros.

Cette oeuvre recèle des idées dont l'actualité est frappante : la création d'ententes et d'oligopoles pour s'assurer le contrôle du marché ; le "recours aux méthodes commerciales dans la direction des écoles" ; l'"insincérité des journaux et des magazines"... Une introduction à l'institutionnalisme naissant et une réflexion sur les fondements de nos sociétés capitalistes.

 

Des marchés au Marché, d'une transformation à l'autre 

(autour de l'oeuvre de Karl Polanyi)

Vous pouvez écouter la conférence de Alain Guéry, chercheur CNRS, Historien, Des marchés au Marché, d'une transformation l'autre, sur Dailymotion en suivant ce lien

https://www.dailymotion.com/video/x6hb04w

et vous pourrez lire le commentaire d'Olivier Brette D'un institutionnalisme à l'autre sur cette intervention d'Alain Guéry dans la rubrique Documents en suivant ce lien.

autour du livre de K. Polanyi – C. M. Arensberg – H. W. Pearson - Commerce et Marché dans les premiers empires – Sur la diversité des économies- Le bord de l’eau – nov. 2017 - avec une préface de Alain Caillé du MAUSS.L'affiche est disponible ici en suivant ce lien  "D'une transformation à l'autre" -  - dans le cadre du séminaire "Histoire économique" avec les laboratoires CIHAM, HiSoMA, IAO, LARHA, Triangle avec le soutien de l'EHESS et de la MSH-LSE, de l'Apses et Les amis de Veblen

voir sur  Le journal du Mauss un dossier complet sur cet ouvrage:

http://www.journaldumauss.net/?Commerce-et-marches-dans-les-premiers-empires-Karl-Polanyi-Conrad-M-Arensberg
 
  et sur https://sihe.hypotheses.org/

La réédition de cet ouvrage est un événement important puisqu’il ouvre des perspectives sur les sociétés primitives et archaïques particulièrement étudiées par Karl Polanyi et ses collègues, mais aussi car il nous permet de prendre une distance critique avec bien des stéréotypes sur les sociétés du passé comme sur les sociétés contemporaines. Comme l’écrivait Marcel Mauss « L’homme n’a pas toujours été un animal économique… il n’y a que peu de temps qu’il l’est devenu. » Traduisons par : "Le marché n’a pas toujours existé, il n’y a que peu de temps qu’il est advenu."

En outre, il ouvre des perspectives de méthode pour aider à comprendre la société contemporaine comme les sociétés du passé.  Alain Guéry est l’auteur de la postface de l’ouvrage s’intéressant tout particulièrement à l’émergence des marchés et du capitalisme dans les sociétés occidentales à partir du Moyen Age. Jérôme Maucourant - laboratoires Triangle et HISOMA - a contribué à l’introduction avec Michele Cangiani - Università Cà Foscari - Venezia. Ils réfléchissent à l’apport méthodologique de l’oeuvre de Karl Polanyi pour comprendre le  capitalisme contemporain.
 

Publications

Nos adhérents publient :

  • ** Commerce et marché dans les premiers empires - Sur la diversité des économies, par Karl Polanyi, Conrad Arensberg & Harry Pearson. Introduction à la nouvelle édition française  par Michele Cangiani & Jérôme Maucourant. Avant-propos d’Alain Caillé. Postface d’Alain Guéry, Le bord de l'eau/La bibliothèque du Mauss, 2017.


  • Oliver Brette et Victor Vieira da Silva (avec Nathalie Lazaric) publient une étude comparée des approches de T. Veblen et H. Simon sur la rationalité et la prise de décision - "Habit, Decision-Making, and Rationality : Comparing Thorstein Veblen and Early Herbert Simon"

 

  • To cite this article : Olivier Brette, Nathalie Lazaric & Victor Vieira da Silva (2017) Habit, Decision- Making, and Rationality: Comparing Thorstein Veblen and Early Herbert Simon, Journal ofEconomic Issues, 51:3, 567-587

 

  • Olivier Brette publie également : The Vested Interests and the Evolving Moral Economy of the Common People, Journal of  Economic Issues, 51.2, 503-510, 2017 - Olivier Brette effectue une analyse comparée des travaux de Edward P. Thompson, le grand historien anglais et ceux de Thorstein Veblen.

 


 

  • La conférence riche et passionnante (Lyon - 9 juin 2016) d'Olivier Brette et Claude Gautier sur T. Veblen, John Dewey et le pragmatisme américain est accessible en ligne ici (deux parties) sur Dailymotion. Au delà de sa dimension historique et culturelle, elle ouvre des perspectives critiques enrichissantes sur notre système social et politique.

 

 Un texte de Gérard Noiriel sur le mouvement des gilets jaunes

http://www.fondation-copernic.org/index.php/2018/11/22/les-gilets-jaunes-et-les-lecons-de-lhistoire/

 

* Dominique Méda sur France Culture le 18 juin 2018

Emmanuel Macron, refondateur ou démolisseur du modèle social

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/emmanuel-macron-refondateur-ou-demolisseur-du-modele-social

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins-2eme-partie/emmanuel-macron-refondateur-ou-demolisseur-du-modele-social

 

 *  Un livre de sociologie riche et stimulant.

Les classes sociales en Europe - Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Alexis Spire, Cédric Hugrée, Etienne Pénissat - Agone - 2017

Voir la recension sur La vie des Idées

Télécharger le pdf

Les classes populaires européennes se caractérisent aussi par la présence en leur sein d’une forte immigration : la part des travailleurs non européens y est d’environ 7 % – jusqu’à 17 % parmi les agents d’entretien – contre 2 % parmi les classes supérieures et moyennes. Cette lecture de l’immigration par les positions sociales éclaire d’un jour différent les discours des gouvernants européens sur les dangers d’une xénophobie venant du « bas » de la société : à la différence des classes supérieures, si promptes à mettre en avant la mobilité transnationale et la tolérance aux autres, les classes populaires sont dans les faits nettement plus métissées et mélangées que tous les autres groupes sociaux. En période de crise, les phénomènes de concurrence sur le marché du travail sont bien plus forts parmi les ouvriers, employés et travailleurs agricoles que pour celles et ceux qui se placent plus haut dans la hiérarchie sociale. Ces trente dernières années, les contours de l’Europe n’ont cessé de s’élargir, contribuant à y rendre plus visibles les inégalités.  À partir de grandes enquêtes statistiques, cet ouvrage prend le parti d’une lecture en termes de classes sociales : contre la vision d’individus éclatés touchés par la crise, l’objectif est de rendre visibles les rapports de domination entre groupes sociaux. Une étape préalable nécessaire pour explorer les conditions de possibilité d’un mouvement social européen.

Un article du Monde diplomatique (mai 2017) sur les métamorphoses des classes populaires pdf accessible ici

Une note de lecture de la rédaction dans Documents

 

* Deux recensions du livre de Norbert Elias, Les Allemands, précédé de Barbarie et "dé-civilisation" par Roger Chartier, La librairie du XXI° siècle, Seuil, 2017

 Une recension par Christophe Charle - "Le fétichisme de l'ordre", dans La Vie des Idées - décembre 2017

 Une recension de Erik Neveu dans La revue française de sciences politiques

 

* Inégalités salariales, emploi : pourquoi l'emploi se polarise ? sur le blog de l'OFCE

https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/les-nouvelles-inegalites-du-travail-pourquoi-lemploi-se-polarise/#more-9519

Extraits

"Alan Manning et ses co-auteurs calculent comment évolue la part de ces trois groupes dans l’emploi total. Leurs résultats, présentés dans le graphique 1, indiquent que, dans la plupart des pays, l’emploi se polarise, c’est-à-dire que la part des emplois intermédiaires est en forte baisse au profit d’une hausse des emplois soit peu qualifiés, soit très qualifiés. La baisse des emplois intermédiaires est conséquente : en France, avec une chute de 8 points, l’emploi intermédiaire se réduit de 47% à 39% entre 1993 et 2010. En comparaison, sa part recule de 12 points en Espagne, 11 points au Royaume-Uni, 10 points en Suède et au Danemark, 6 points en Allemagne et 5 points au Portugal.

Si la part des professions intermédiaires se contracte, les parts des emplois peu qualifiés et très qualifiés sont en nette expansion. En France, ces deux groupes augmentent de manière parfaitement symétrique, d’environ 4%. Ainsi, pour deux emplois intermédiaires qui disparaissent, à la fois un emploi qualifié et peu qualifié supplémentaire est créé. Notons que par rapport à la Belgique (+9%), au Danemark (+8%) ou la Finlande (+12%), la progression de la part des emplois qualifiés est plus modérée en France ; elle est proche de celle de l’Allemagne, l’Autriche ou la Norvège."(...) Mais...

"Certains chercheurs pensent que les développements des machines intelligentes et de la robotique devraient permettre de remplacer le travail dans un grand nombre d’emplois dans les années à venir. En 2015, les chercheurs Carl Benedikt Frey et Michael Osborne de l’Université d’Oxford prédisaient que 47% des employés aux États-Unis ont un travail qui risque d’être automatisé dans le futur[9]. Ils prévoient des conséquences particulièrement importantes dans les transports et la logistique, où les progrès des capteurs intelligents rendront les véhicules sans conducteurs sûrs et rentables.

Mais les emplois des moins qualifiés ne sont pas les seuls à être menacés. Les capacités d’analyse grandissante des ordinateurs leurs permettent maintenant d’aider à la décision dans des tâches complexes, notamment dans le domaine médical ou juridique, où elles remplacent ainsi du travail qualifié.etc..."

* A signaler sur la finance :

Un ouvrage de référence pour comprendre les questions monétaires et financières contemporaines

Macroéconomie financière, Michel AGLIETTA, Natacha VALLA

Comment la macroéconomie et la finance peuvent-elles s’articuler pour comprendre les défis de la globalisation ? L’ambition de cette 6eédition est d’apporter la perspective historique et les éléments théoriques permettant de répondre à cette question. Elle prend pleinement en compte la dimension mondiale des interactions entre finance et économie qui s’expriment par le cycle financier.
La dynamique qui en émane permet d’éclairer l’importance de la monnaie et explique les crises financières.
La première partie montre comment les transformations de la finance dans les régimes de croissance façonnent les comportements des acteurs financiers et non financiers. Elle met en évidence les innovations qui ont marqué l’essor de la globalisation financière et sécrété ses fragilités.
La seconde partie s’ouvre sur une caractérisation des phases de globalisation dans l’histoire du capitalisme. Elle se poursuit par une étude des crises financières en insistant sur la crise systémique la plus récente. Enfin, elle étudie les réponses des puissances publiques en matière de politique monétaire et de stabilité financière. L’enjeu est de faire évoluer la finance vers l’allocation des ressources au service d’un développement inclusif et soutenable.


http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Macro__conomie_financi__re-9782707192509.html

 

 * Sur France Culture (26/10/2017) Castoriadis, une pensée radicale ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/castoriadis-une-pensee-radicale?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1509055934

 * La crise grecque et "l'art de la négociation"

Yanis Varoufakis, économiste et ancien ministre des finances du Gouvernement Tsipras, vient nous présenter les coulisses de l’Europe et les négociations au moment de la crise grecque. Rencontre, autour de son dernier livre, Conversations entre amis, dans les coulisses secrètes de l’Europe.

A écouter ici :

https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/entendez-vous-leco-lundi-16-octobre-2017


Notre intrigue d’aujourd’hui se déroule en Europe, au cœur de la crise grecque. La duplicité des personnages décrits est si stupéfiante qu’on la croirait inventée... Pourtant le préambule du livre est sans équivoque: l’auteur s’est appuyé sur des notes prises lors de réunions officielles et il n’est autre que Yanis Varoufakis.

"Le plus fou, c’est que Christine Lagarde m’a dit que j’avais raison, que le programme de “sauvetage” de la Grèce ne pouvait pas fonctionner. Mais le capital politique en jeu était trop important pour revenir dessus.

En étant un insider, il fallait continuer à faire semblant qu’un plan, voué à l’échec, allait marcher."

 

Un article intéressant par Alain Supiot, professeur au Collège de France, dans Le Monde Diplomatique N° 763, Octobre 2017, "Et si l'on refondait le droit du travail" -

"Adapter le droit du travail aux nouvelles formes d'organisation du travail en prenant réellement en compte les aspirations humaines conduirait à de tout autres réformes"

Une réaction de Daniel Cohen sur France Inter

Daniel Cohen : "La réforme du Code du Travail, c'est surtout une occasion ratée" sur https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20/l-invite-de-8h20-29-septembre-2017

Frédéric Lordon sur son blog du Monde diplomatique

http://blog.mondediplo.net/2017-10-03-Le-service-de-la-classe

 

 * De Pierre Dardot et Christian Laval, Ce cauchemar qui n'en finit pas - Comment le néolibéralisme défait la démocratie - La découverte - mai 2016 - ISBN 9 782707 188526

Comment expliquer l'étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l'une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti en fait renforcé de la crise ? Pour les auteurs le néolibéralisme n'est pas un simple dogme. Il est un véritable système politico-institutionnel obéissant à une logique d'auto-renforcement. Loin d'être une rupture, la crise est devenue un mode de gouvernement renforçant à chaque étape l'emprise des logiques marchandes et capitalistes. Ils analysent comment l'ordolibéralisme, dépassant le libéralisme classique de Hayek, est le vecteur le plus puissant d'une véritable désactivation de la démocratie en inscrivant dans les Constitutions des États, de l'UE et l'ensemble des institutions les principes de concurrence généralisée, d'indépendance des banques centrales et d'illimitation dans tous les domaines de l'existence. Véritable changement civilisationnel, ce système devrait d'abord être analysé pour que ces logiques puissent être éventuellement inversées. A lire et à discuter...

Un entretien sur France culture consacré à l'ouvrage (3 mai 2016) - Comment reconstruire notre monde commun

 

 * Un excellent livre d'Éloi Laurent à la portée de tous : Nouvelles mythologies économiques

Eloi Laurent nous régale avec ce second opus dénonçant les fausses vérités du raisonnement économique libéral, xénophobe ou anti écolo. Côté doxa libérale, le premier chapitre démystifie la Silicon Valley - lieu de spéculation techno-financière où règne l'opacité fiscale. Il balaie aussi la soi-disant fin du salariat qu'elle nous promet. Ou encore les règles budgétaires européennes qui nous imposeraient une austérité sans fin, le poids trop important des dépenses publiques en France.

http://www.alternatives-economiques.fr/nouvelles-mythologies-economiques_fr_art_1453_77451.html

Une interview dans les Inrocks

Ici sur France Inter

 

* Accélération :  le livre de Harmut Rosa - Accélération. Une critique sociale du temps - note de lecture ici

 


 

* Euro, BCE, Allemagne

 

 

* Réchauffement - Climat

Accès ici au dernier rapport du Giec alarmant (résumé à l'intention des décideurs ici)

Thomas Piketty : "Les riches doivent payer" dans Le Monde - 28/11/2015 - (suivre ce lien) - analyse stimulante des sources et des agents pollueurs - en fait les Chinois polluent moins qu'on le dit et les Européens beaucoup plus !

Jean Tirole plaide à nouveau pour un marché mondial de permis d'émission du carbone dans Les Échos (suivre ce lien). Les agents seraient sensibles au signal prix (voir ici dans Le Monde en clair)

 

* Publication de la traduction du livre important :

 

L'Imposture économique, de Steve Keen. Préface de Gaël Giraud. Les Editions de l'Atelier, 532 pages, 27 euros. A

paraître le 9 octobre. Une présentation sur le site des Editions de l'Atelier

L'auteur y critique les hypothèses de la théorie économique néoclassique. Jean Gadrey en fait une analyse en trois parties sur son blog (ici partie 1) - Une puissante critique de l'économie dominante...

 

 

 

 

* Quels indicateurs économiques ?

Une émission sur France Culture le 6 mai 2015 Le PIB, l'économie et nous avec Eloi Laurent - La grande table deuxième partie -

http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-le-pib-l-economie-et-nous-2015-05-06

 


 

 

 

 

 


 

L'Association des amis de Thorstein Veblen ©