Accueil > Documents > Note sur L'Europe au XX° siècle - de Robert Paxton et Julie Hessler - Tallandier - 2011 - note rédigée par Bernard Drevon
Note sur L'Europe au XX° siècle - de Robert Paxton et Julie Hessler - Tallandier - 2011 - note rédigée par Bernard Drevon Imprimer

 

Robert O. Paxton, Julie Hessler

L'Europe au XX° siècle - Tallandier - 2011 - ISBN : 978-2-84734-818-7

Note rédigée par Bernard Drevon (22/9/2012)

 

Il est important de signaler cet ouvrage d'histoire paru en 2011 et passé relativement inaperçu en France. Il présente l'originalité d'être le fruit d'un cours dispensé à la Columbia University de New York par un historien américain. Son autre originalité est de présenter non pas une juxtaposition d'histoires nationales, mais un point du vue global sur l'histoire du continent européen. Alors quel est l'intérêt ? N'avons-nous pas nos historiens et nos mémoires nationales ?

Il faut souligner tout d'abord que l'auteur principal est le grand Robert Paxton, le spécialiste de la seconde guerre mondiale, celui qui a permis la relecture de l'histoire de Vichy en dépouillant systématiquement les archives françaises et allemandes de cette sombre période (La France de Vichy, 1940-1944, Seuil,1999). Soulignons aussi que le dépassement des points de vue nationaux européens par un auteur américain, très bon connaisseur de l'Europe, immergé depuis longtemps dans la culture de ce continent, présente des vertus euristiques incontestables.

En mettant en perspective les histoires nationales confrontées aux grandes ruptures du XX° comme la Première Guerre mondiale, les révolutions russes, la grande dépression, le nazisme,la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide, la décolonisation, la chute du communisme, il nous permet de nous réapproprier ces faits majeurs d'une part et d'autre part de mieux saisir les logiques conduisant dans un premier temps au déclin global d'un continent autrefois dominant, puis à un sursaut salvateur après la seconde guerre mondiale.

Comme le soulignent les auteurs « Un des problèmes les plus épineux auxquels se heurte l'historien qui veut analyser le XX° siècle européen est le fossé incommensurable qui sépare les deux moitiés du siècle. Entre 1900 et 1945, les Européens ont été entraînés dans deux des conflits les plus sanglants de l'histoire, ils ont dû surmonter l'instabilité économique et l'extrémisme politique, et l'une des grandes nations du continent s'est livrée au génocide systématique de tout un peuple. Puis, dans une seconde moitié du siècle, ils ont été contraints d'accepter une perte d'influence sur la scène internationale, tout en posant des bases institutionnelles inédites qui ont ouvert la voie à la croissance économique et à la paix entre voisins. »

Cet ouvrage d'histoire permet une approche globale au sens de Braudel en reliant de manière toujours claire les différents niveaux du réel, économique, politique, géostratégique, sans excès théorique ni lourdeur de style. Un livre passionnant dont la lecture présente une certaine urgence tant l'histoire semble balbutier actuellement : la déflation des années 30 avait produit la montée aux extrêmes, les pulsions xénophobes et nationalistes, et finalement la guerre la plus meurtrière de l'histoire. La grande crise que nous traversons depuis 2007 tout particulièrement en Europe, la nouvelle déflation qui s'y répand avec son cortège de chômage et de pauvreté, semblent nourrir des tentations similaires chez beaucoup... Puissent nos gouvernants et intellectuels, nos populations aussi, méditer ces « leçons de l'histoire » et nous éviter de retomber dans nos travers... Le modèle institutionnel inventé après guerre semblant s'épuiser, il conviendrait sans doute de l'amender profondément pour redonner sens à une Europe garante de paix et de prospérité.

Cet ouvrage peut être vivement conseillé aux étudiants car il embrasse l'histoire de l'Europe et du monde au XX° siècle ce qui est bien dans la philosophie contemporaine des programmes des concours, des Universités, des Grandes Écoles. Toutes les personnes intéressées ou impliquées dans les sciences sociales, la recherche, l'enseignement (économie, sociologie) pourraient aussi tirer un grand profit de la lecture ou de la consultation de cet ouvrage (par exemple les chapitres VIII et IX sur les années 1920 et la Grande dépression).

Bien entendu, c'est aussi un ouvrage exigeant par sa longueur (733 pages) et la richesse de son corpus. Mais l'aventure vaut le coup d'être tentée tant il offre de clés pour la compréhension du monde contemporain.

 

Bernard Drevon